Nemo’s Land



Ces derniers jours, mon âme vagabonde, je me promène dans les petites rues de mon quartier, le cœur léger, sans but.

S’installer à une terrasse de café , divaguer , refaire le monde avec les copines qui s’invitent à la maison ,
Croiser des amis de fac, oubliés depuis longtemps et laisser remonter tous ses vieux souvenirs en mémoire, ces moments sans responsabilité, sans boulot, où j’abordais mon existence avec une certaine envie de révolte naïve…
Je me souviens combien j’aimais la simplicité de ma vie à cet époque
Parce qu’elle était nouvelle, abordable, surmontable, belle en gros…

En ce moment, c’est un peu à nouveau ça ma vie, sans enfant jusqu’à début Aout.
Juste profiter de l’air du temps.
Du coup je crois que j’ai envie d’encore plus, probablement la faute aux amies qui me parlent de plongée et de fonds marins..
Je m’imagine à nouveau faire la sieste sous des palmiers, sentir les rayons de soleil sur ma peau,
J’ai envie de nonchalance, d’abandon.

Retourner à Kuramathi Island, sur Rasdhoo Atol au beau milieu des Maldives, un vrai paradis terrestre et aquatique avec un reef juste à quelques mètres du bord de la plage pour prendre son petit déjeuner tout en admirant les poissons …..

…. Un beau et doux rêve que de retourner dans cet endroit que j’ai tant aimé mais à moins de gagner le tirage Euromillions  , je ne vois point comment je vais parvenir à m’envoler à nouveau dans ce lieu paradisiaque dans les prochains mois.

Bref, cela ne m’empêche pas de fantasmer …
Je m’imagine après le petit déjeuner, me diriger vers le Dive Center pour la 1ère plongée de la journée,
m’enfoncer doucement dans le monde du silence, basculer plus bas sereinement vers le fond,
Puis , avancer sous l’eau, se sentir libérée de tous les tracas du monde terrestre , tout oublier,
Observer le lent bal des poissons, murènes léopard, poissons clowns, napoléon, lion fish, tortues et la variété du corail et des couleurs.
Et puis, chaque soir, à l’heure de l’apéritif, contempler les requins gris s’aventurer toujours plus prêt du bord…

Beau programme, non ? Qui m’accompagne ? 


Les backwaters du Kerala en Inde

Backwaters du Kerala en Inde


Je ne pensais pas avoir le temps d’aller dans le Kerala et pourtant il s’agit probablement d’une des plus belles régions de l’Inde du Sud , en tout cas celle qui reste dans les mémoires de nombreux touristes …

Et puis ayant mis le turbo sur ce que j’avais à faire pour l’association, ma dernière semaine en Inde a presque entièrement été consacrée au tourisme … 
Le temps de faire le point sur ce qu’il me restait à voir aux alentours de Chennai et un avion plus tard, j’atterrissais à Kochi , direction les backwaters.

 Quand on parle du Kerala, on évoque forcément les backwaters. 
Mais la description est parfois vague, parlant simplement de canaux, de lacs et de rivières, ne donnant qu’une pâle image de la réalité.
Même les guides touristiques n’arrivent pas à rendre compte de la beauté des paysages et de l’atmosphère envoutante de ce lieu, un peu à part du reste de l’Inde, à l’abri du tumulte des villes.

La bande côtière du Kerala s’étend sur environ 700 kms du nord au sud.
Tout le long de la côte, de nombreuses terres se situent à quelques centimètres au-dessus du niveau de la mer et dans certaines régions en dessous.
La nature du terrain, les rivières qui enflent de façon impressionnantes lors de la mousson, l’effet des marées, ont créé de nombreuses ouvertures sur la mer d’Oman, formant des lagons et des marécages.
Plusieurs canaux se terminent à quelques mètres de la plage et ouvrent une brèche une fois l’an, lors de la mousson.

L’âme des backwaters se découvre  en les parcourant sur les houseboats qui permettent de s’enfoncer plus profondément dans le réseau des canaux et d’en apprécier le calme …

Au fil de l’eau , on peut observer la vie de ses longs fleuves , femmes lavant le linge , pêcheurs remontant leurs filets , barque-épicerie , l’eau semble rythmer la vie des locaux , de la cuisine à la douche en passant par les axes de communications.

Les étendues d’eau recouvertes de fleurs aquatiques, lys , lotus , jacinthes , les oiseaux et les échassiers , les maisons bâties sur d’étroites bande de terre donnent à cette région une beauté toute particulière. 

…. et puis si vous avez un peu de chance , au milieu de ces paysages , vous pourrez voir le Titanic doucement sombrer…
Ainsi , va l’Inde. 

Backwaters du Kerala en Inde

Backwaters du Kerala en Inde

Backwaters du Kerala en Inde

Backwaters du Kerala en Inde

Backwaters du Kerala en Inde

Backwaters du Kerala en Inde

Backwaters du Kerala en Inde

Le retour d’Inde

Depuis que je suis rentrée d’Inde, je n’ai pas écrit de billets sur mon retour.
Je suis rentrée, j’ai raconté mon périple à beaucoup de personnes, posé mon appareil photo et oublié les prémices des différents billets que j’avais initié sur la fin du voyage dans un coin de mon ipad.
Pourtant, j’ai encore beaaucoup de choses à raconter , notamment le Kerala qui m’a beaucoup plu ou de conseils à transmettre…

Après mon retour, plus les jours passaient, moins de personnes me posait de questions et j’ai petit à petit, remisé ce voyage dans un petit coin de ma tête, en attendant…
Je crois que comme pour beaucoup de choses dans la vie, il fallait que je fasse mon deuil de cette expérience.

A chaque fois que je racontais comment cela s’était passé, j’avais un peu l’impression de me dédoubler … l’Inde est tellement différente de nos vies, de notre quotidien, surtout quand on le vit de manière aussi impliquée qu’il n’est pas possible de raconter.

C’est un peu comme un monde parallèle, ou un rêve secret … si vous n’y êtes pas dedans, difficile de vous le faire toucher du doigt.

Et pour tout vous dire , mon retour a été assez compliqué , à peine remise du décalage horaire qu’il a fallu que je gère un déménagement en parallèle d’une reprise du travail particulièrement intense intellectuellement parlant , même si mes patrons sont suffisamment compréhensifs pour me laisser un peu de temps mais bon quel gap tout de même.

Souvent, j’ai une petite pointe de nostalgie en pensant aux personnes avec qui j’ai vécu là-bas, à chaque heure de la journée, je sais exactement ce qu’ils font.
La nourriture indienne me manque aussi, je n’ai d’ailleurs pas vraiment d’appétit depuis que je suis rentrée et mes journées finissent immanquablement par un lassi que je récupère en rentrant du boulot au resto thaï à côté de chez moi.

Pourquoi ce billet ?
Car ce week-end, à nouveau, j’ai parlé de mon expérience avec des amis , de manière peut être plus claire et compréhensible.
Je crois que j’ai pris suffisamment de recul pour poursuivre l’aventure au travers de nouveaux billets , me plonger dans les photos et les trier , peut être me faire un bon restaurant indien sans avoir peur d’être déçue … 

J’ai aussi suffisamment de recul pour savoir maintenant que j’ai beaucoup aimé ces 4 semaines , qu’elles ont éclairé ma vie d’une aura spéciale et que ce voyage n’aura pas été vain. 


Saturday Inspiration : les kolams d’Inde

les kolams d’Inde

En marchant dans les rues du Tamil Nadu , j’ai découvert les kolams.
Ce sont des dessins géométriques complexes que les indiens du sud dessinent devant les maisons afin de leur porter chance et prospérité.

Le kolam est souvent refait chaque matin à la craie blanche , après le ménage afin d’emprisonner les mauvais esprits dans ces formes complexes.
Et chaque matin , j’observais la femme de Samy réaliser le sien avec une main experte.

Pour les grandes occasions ou dans les temples , les formes sont encore plus complexes , ils sont colorés et souvent beaucoup plus grands …
J’en ai immortalisé un certain nombre pendant mon séjour et voici les plus beaux …

Pondicherry , the French Spirit en Inde

Pondicherry Inde

Pondichéry est un ancien comptoir français que la France a administré pendant près de 300 ans en Inde et malgré le fait que cette colonisation ait pris fin depuis des décennies , l’influence française est toujours présente .

J’y ai notamment retrouvé des éléments d’urbanisme que j’avais presque oublié pendant mon séjour dans ce pays : un vrai parc central et pas un terrain vague avec quelques trous et des bancs autour , des trottoirs, des carrefours organisés, des arbres le long des rues et parfois des petits moments de calme qui inquièterait presque …

Le quartier français, qui s’étire à l’est de la ville , entre le canal et l’océan , témoigne tout particulièrement de l’héritage laissé avec notamment de belles demeures coloniales de toutes les couleurs et des patios intérieurs qui sont de véritables bijoux et qui avec leurs bougainvilliers m’ont beaucoup fait penser à ceux que l’on découvre en Andalousie.

Autre témoignage , le nom des rues qui ont une consonnence que l’on reconnaît bien : Rue Bazar Saint Laurent ou Rue Labourdonais….ou les prénoms de certains indiens , comme Bruce le serveur qui m’a servi un excellent thé masala dans un café du bord de mer.
Quand à la police locale , elle est revêtue de nos traditionnels képis ..
De la même manière, des plats français sont servis dans grands nombres de restaurants et il n’est pas rare d’entendre parler français dans les rues , et pas par les touristes …
Mais heureusement , Pondicherry , ce n’est pas que cela …

C’est aussi une longue avenue , avenue Goubert,  le long de la plage qui surplombe le Golfe du Bengale sur plus de 2 km.
A la tombée du jour , vers 18h30 , les indiens l’emprunte dand un sens , puis dans l’autre , puis recommence et ce jusqu’à l’epuisement …


Et puis , il ne faut oublier le quartier tamoul et son traditionnel marché , le cœur de la ville. Les étals s’y installent, à même le sol ,  chaque jour le matin très tôt jusqu’à tard le soir pour y vendre un peu de tout… fruits , légumes , viandes mais aussi volailles vivantes , quincailleries , ustensiles de cuisines .. 

Pondicherry Inde
Pondicherry Inde
Pondicherry Inde
Pondicherry Inde
Pondicherry Inde
Pondicherry Inde

Carte postale d’Inde

À l’heure ou vous lirais ce billet , je serais probablement dans l’avion du retour … impatiente de retrouver ma fille qui m’a beaucoup manqué.

À l’heure des adieux avec la famille qui m’a accueilli pendant 1 mois , je n’ai pas trouvé d’autres d’images à vous présenter que celle-ci …
Pas un portrait , ou une photo de marché , juste les mains jointes d’une dame qui m’a fait l’honneur de me convier à un repas de famille. 

La photo du mois : le feu

 
Étant en Inde pour un mois , comment illustrer le thème de ce mois ci ….
Certes , il y a profusion de couleurs , d’images  et de scènes du quotidien à immortaliser mais rien en référence au feu qui m’ait inspiré ..
Et puis finalement , au détour de la visite d’un temple , le feu sacré m’a touché …

Kanchapuram est une véritable ville temple typique du Tamil Nadu ou coexiste plus de 500 temples.

J’y ai decouvert 5 temples , chacun différents …
Dans le 1 er visité , on m’a conté qu’en fonction du sens ou on plaçait les bougies , Nord , Sud , Est ou Ouest , cela résoudrait mes problèmes de santé, d’argent , d’éducation. 

Mysore Market en Inde

Mysore Market en Inde

Mysore Market en Inde

Le marché de Mysore , Devejera Market, est principalement un marché de fruits et légumes, de bijoux, de kumkum et d’ huiles essentielles. Il a été offert à la population par le maharaja Tipi Sultan il y a plus de 50 ans.
Il est réputé pour être l’un des plus beau de l’Inde du sud et cette réputation n’est pas usurpée.

Ce bazar, très animé, mixe les facettes anciennes et modernes du pays. Les magasins de marques internationales jouxtent les échoppes de produits traditionnels sans que cela nuise à la cohérence du tout.
A chaque recoin c’est une explosion de couleurs notamment avec les piles coniques de kumkum multicolores qui sont présentes de partout.
Le kumkum est la poudre qu’utilise les indiens pour réaliser les bindis sur leurs fronts.

De chaque étalage émane des senteurs , et avec leurs couleurs vives, c’est un vrai régal pour les sens.
À cela s’ajoute le fait que la plupart des marchands sont accueillants sans pour autant être insistants .
Et l’échange avec les locaux m’y a paru plus facile que dans les autres lieux que j’avais visité auparavant ….. Et j’ai eu droit à quantités de dodelinements de la tête , mouvement inimitable que j’ai essayé vainement de reproduire sans succès.

Comme toujours, ce sont les stands de fleurs qui attirent le plus mon attention … ce mélange fleurs-épices est juste magique et contraste avec les odeurs répugnantes des ruelles environnantes . où des étalages de poissons.
Sachez que la soie de Mysore est très populaire et s’il y a un endroit ou il faut en acheter , c’est ici…
En vous armant par contre de patience pour négocier les prix qui peuvent être assez extravageant ou bien en allant directement au magasin du gouvernement local qui les vend un peu plus cher que le prix normal mais bien moins cher que le prix de départ des vendeurs du bazar , cela vous permettra peut être de gagner du temps … à voir en fonction de votre patience et de votre bagou !



Mysore Market en Inde
Mysore Market en Inde
Mysore Market en Inde
Mysore Market en Inde