Lectures indiennes

Je suis partie avec pas mal de romans sur mon iPad … mais une fois sur place , seuls ceux se déroulant en Inde m’attiraient …. Résultat , j’ai déjà epuisé les 3 que j’avais chargé.

Tout d’abord , j’ai terminé en une soirée Le tour du monde 2012 : Inde ( Tome 1 ) de Marc Chataigner.
Il s’agit d’un recueil de billets écrits par l’auteur durant son trip en Inde.
Ce livre est uniquement disponible en iBooks pour le modique prix de 1,49€ mais à lire absolument si vous voulez découvrir l’Inde à travers les yeux d’un globe trotteur , parfois en scooter mais aussi beaucoup en bus , couchsurfeur addict qui a traversé l’Inde de long en large , du nord au sud , avec des petites pauses du côté de Goa ou Bombay pour participer à la vie nocturne …. excellent.

Ensuite , je suis passée au Tigre Blanc d’Aravind Adiga , l’histoire d’un petit indien qui vient des ‘ Ténèbres ‘ et qui finira entrepreneur à Électronic City soit Bangalore , ascension sociale qu’il obtiendra en tuant son maître ….
Captivant.
On y retrouve tout , le système de castes , les magouilles politiques , la corruption , la problématique de la place de la femme dans la société indienne , les mariages arrangés et le système de dots … l’Inde tel qu’on l’imagine et telle qu’elle est. Vraiment.

Vient ensuite Meurtre dans un jardin indien de Vikas Swarup , celui ci je l’avais déjà lu , au Pérou cet été … mais un second round , alors que je sejournais au pays de Gandhi , me semblait indispensable.
Je l’ai juste aimé une seconde fois.
Là aussi , j’ai retrouvé l’Inde au quotidien , telle que je la vis chaque jour depuis le 17 Mai …. Cet auteur a également écrit Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devint milliardaire , le roman qui est à l’origine de Slumdog Millionnaire .
J’hésite à me le procurer car j’ai vu le film bien trop de fois et j’ai peur de m’ ennuyer …. Au passage , ce film n’est visiblement pas du tout apprécié des indiens , j’ai eu l’occasion de m’en rendre compte au cours de 2 discussions mais impossible d’avoir une explication claire de ce rejet …

Au final, je suis à cours de romans indiens ….il me reste évidemment les autres , Tenebres prenez moi la main de Dennis Lehane ou Mapuche de Caryl Ferey ou encore 22/11/63 de Stephen King mais ils ne m’inspirent pas , là , ici …

J’ai eu beau faire quelques recherches sur internet , je n’ai pas trouvé la perle rare ….
Vous n’auriez pas un titre à me conseiller ?

Ma journée type en Inde

Globalement , mes journées en Inde se déroule toutes suivant le même programme, tout au moins durant la semaine. 

9h00 , petit déjeuner avec la famille qui m’accueille , pas toujours les mêmes personnes.
Je n’ai pas encore compris comment ils fonctionnent pour les repas.
Ils mangent rarement ensemble , parfois assis par terre , parfois à table , jamais en même temps que la femme de Samy qui elle est aux fourneaux.
Le matin ,généralement , c’est dosas avec une crème de lentilles et un chaï tea.
Parfois , j’ai droit à des dosas sucrès. Je ne m’en lasse pas , j’adore …

Ensuite la matinée , se passe au bureau , à travailler juste à côté de l’atelier de couture que tient la femme de Samy.
Elle dispense des cours à de jeunes indiennes n’ayant pas d’emploi.
J’aime les regarder travailler sur d’antiques machines , comme celle de ma grand mère sur laquelle j’aimais m’amuser petite …
Elles discutent entre elles , l’atmosphere est calme et détendue ….
À 12h , les tambours du temple hindou juste à côté nous indique que nous sommes à la mi journée … plus besoin de montres ici , les journées sont rythmées par les différents bruits du quotidien …

Ensuite , lunch à 13h30 précises ou presque , curry de toute sorte , curd ( yaourt ) et mango pour adoucir le palais et faire passer le piment ..
J’adore aussi.

L’apres midi est généralement synonyme de sieste , aux heures les plus chaudes de la journée ou l’électricité est systématiquement coupée , il n’y a rien d’autres à faire … juste faire en sorte que ce moment là , le plus chaud de la journée , passe vite …
En règle générale, c’est le moment que je choisis pour écrire mon billet du lendemain.

La fin de l’après midi est généralement dédiée soit à du travail administratif , soit à une visite d’un des programmes mis en place par l’association de Samy ou à la visite d’un des enfants malades pris en charge par le programme.

Ces visites sont généralement synonyme de joie et d’échange avec les femmes et les enfants …. que ce soit dans un petit village de campagne ou l’association finance la construction de 30 maisons en dur ou la carrière de pierre qui fait travailler des enfants et où Samy a réussi à mettre en place une petite école qui dispense quelques heures de cours pendant la semaine ou chez des familles d’enfant atteints du Sida qui m’acueillent généralement toujours avec un milk tea …

La fin de la journée se résume à l’arrosage des plantes sur la terrasse , au repas devant la télévision made ni Bollywood et au dernier chaï tea de la journée ….

Je profite de ce billet pour remercier tous ceux qui ont voté pour mon blog le concours Homelidays que j’ai remporté ! Je suis évidemment très contente mais cela ne se serait pas fait sans vous 😉

Une journée à Chennai

J’ai passé hier ma première journée à Chennai , anciennement nommée Madras mais les indiens n’aiment pas se souvenir qu’il fut un temps ou l’Inde était une colonnie anglaise…

Juste un aller retour en prenant un train de banlieue … une grande première pour moi qui n’avait jusqu’à présent pas voyagé toute seule au delà du quartier ou j’habite et du boulevard ou je vais faire mes courses.

J’ai donc appris que dans les trains de banlieue , il y avait des wagons réservées aux femmes. Pas beaucoup et du coup ils sont bondés mais j’ai trouvé que cela était mieux ainsi , je m’y suis sentie plus en sécurité et surtout cela m’a permis d’éviter certains regards insistants des hommes…

Une fois arrivée sur place , j’avais un programme plutôt long , la visite du Fort George et de son quartier Georges Town , une balade à Marina Beach …. et puis finalement , la ville étant plutôt étendue et les négociations avec les rickshaws plutôt hardies , je me suis arrêté à Georges Town ou j’ai déambulé à travers le quartier , observant la vie de rue car beaucoup de choses se passe dans la rue ici …

Je me suis même assise sur un banc , les locaux m’ont d’abord observé curieux de cette européenne , puis au bout de quelques minutes ils ont repris leurs discussions , leur travail ou leur sieste ….

Au final , je me suis dis que la ville était bien plus belle à voir ainsi qu’au travers de ces monuments ..

Today’s inspiration

L’Inde est , exactement comme on se l’imagine , un pays de contraste …
…entre le luxe , la richesse et la pauvreté et les bidonvilles ,
…entre la gentillesse de la plupart des indiens et l’agressivité du quotidien ,
…entre la place de la femme , chez elle à s’occuper de sa famille et son mari , et ce qu’elle se permet parfois …

Les plantations de thé d’Ooty

Plantation de thé d’Ooty en Inde

Plantations de thé d'Ooty en Inde


Premier week-end en Inde , fortement conseillée par le responsable de l’association , je décide de partir à Ooty dans les montagnes du Nilgiri.
Sa sœur , en vacances , m’accompagne pour elle aussi découvrir cette région qu’elle ne connaît pas…

Cela me rassure , je ne suis pas encore prête à me balader dans ce pays seule …
Depuis Chennai , il faut plus de 10h de train de nuit pour rejoindre cette petite ville , puis à nouveau quelques heures dans un petit train serpentant à flanc de montagne et classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2005.

Petit train qui m’a fait grandement penser à celui qui permet de rejoindre Aguas Calientes et le Machu Picchu .
Le trajet s’avérera plutôt inconfortable …et pittoresque.
Un brin perdue au milieu des locaux, des touristes indiens , qui sortent leurs têtes par les fenêtres , y compris dans les tunnels , crient de toutes leurs forces , prennent 1000 photos de tout et n’importe quoi et jetent leurs papiers par la fenêtre.

Une fois arrivée à Ooty , je découvre une autre ville indienne, avec ses rickshaws qui klaxonnent , ses bus pressés , ses vaches et ses buffles ici et là au milieu de la route ….
La seule différence , nous sommes à 2500 m et il fait un brin plus frais.Dommage que je n’y passe qu’une nuit …
Au loin , j’aperçois les plantations de thé d’un beau vert vif , à profusion.
Le temps de négocier avec un rickshaw , nous nous retrouvons dans une petite lodge conseillée par Samy et qui est tenue par une hollandaise au milieu de plantations ou presque …
Ici , le silence est roi , enfin presque….
Même si je me suis habituée au bruit incessant des villes indiennes , reposer mes oreilles me fait énormément de bien !

Dans l’après midi , une balade dans les plantations s’impose afin de pouvoir savourer au mieux ce paysage.
Cela me rappelle les vignes du médoc …
les plants de thé sont alignés soigneusement , suivant là ou on se met , on voit défiler les longues lignes à l’infini.

Le lendemain , nous prenons nos petits déjeuner dans les senteurs de thé tout en écoutant la patronne des lieux nous raconter les petits secrets de la culture …. je ne comprends pas tout mais reste sous le charme de ces paysages verts sur fond bleu tout autour de moi ….

Plantations de thé d'Ooty en Inde
Plantations de thé d'Ooty en Inde
Plantations de thé d'Ooty en Inde

La cérémonie de la Manja Neeratu Vizha

Partie hier pour passer la journée avec la famille de la femme du responsable de l’association dans un village voisin de Tambaram , j’ai fini ma journée en participant à une fête traditionnelle du sud de l’Inde qui célèbre la puberté d’une jeune fille.
Une journée et surtout soirée unique …
La Manjal Neeratu Vizha est une tradition du sud de l’Inde , et plus particulièrement du Tamil Nadu.
 Même si elle est de moins en moins pratiquée (surtout dans les grandes villes), elle reste une fête importante dans les milieux populaires et dans les villages.
Cette fête servait autrefois à annoncer que la fille d’un foyer était prête à être mariée.

A cette occasion, les pères de maris potentiels venaient voir la jeune fille et s’ils la jugeaient apte à épouser leur fils (et qu’elle était de la même caste), ils faisaient la demande à la famille.

De nos jours, il n’est plus question de mariage mais on fête toujours l’arrivée des règles d’une jeune fille et une grande fête est organisée.
Les femmes revêtent leurs plus beaux saris , mettent du jasmin dans les cheveux avec une rose et leurs plus beaux bijoux. Je ne coupe pas à la tradition concernant le jasmin et les bijoux…
Nous étions installés au premier rang et avons observé la jeune fille reproduire devant un photographe les différentes positions ( je n’ai pas réussi à comprendre exactement de quoi il s’agissait … ).
Puis une fois qu’elle fut partie pour se changer , pendant un long moment , un certain nombre de femmes ont préparé les différentes offrandes sur la scène , les déplaçant maintes fois , regroupant fleurs et fruits ensemble , puis à nouveau les mélangeant , un peu plus devant , puis un peu plus derrière , presque une heure à observer ce bal …
Une fois terminé , la jeune fille est revenue , revêtue d’un nouveau sari , et en compagnie de son père , elle a accueilli un à un l’ensemble des convives venus lui porter cadeaux et argents.
Puis nous sommes tous passés à table …
De longues tables , une feuille de palmier et différents plats posés en vrac dessus , samba , dosas , riz biryani , riz à la noix de coco , et pleins d’autres choses dont je n’ai pas retenu le nom …

Une après midi au Zoo en Inde

Le fait de vivre chez l’habitant est un énorme choc culturel ….
Les habitudes de la famille que je n’ai toujours pas réussi à cerner ,
Les coupures d’électricité et d’eau quotidiennes généralement aux heures les plus chaudes ,
Les plats épicés , spicy et brûlants quelque soit le repas , mais j’adore et ne me lasse pas de curry , dosas , chapatis et naan au fromage …
La vie de quartier qui est organisée autour du temple , juste à côté de la maison, et de la petite épicerie en face ,
Les montagnes de détritus juste à côté de la plus belle maison de la rue ,
…etc

Mais l’Inde devient attachante et adouçit pas mal de choses quand on croise le sourire d’un enfant et surtout son insouciance …
Dimanche , nous avons passé la journée avec des enfants orphelins et atteints du sida.
La plupart vivent soit avec des oncles et tantes , soit avec leur grands mères.
Ils sont tous scolarisés et parlent avec beaucoup d’animations des matières qu’ils aiment ou pas , de ce qu’ils feront plus tard , souvent docteur , policier ou instituteur et vous expliquent avec de grands gestes comment on joue au karom ou au jeu du Kho  Kho.
Tous suivent un traitement à l’hôpital local et c’est là que l’association , pour laquelle je travaille , intervient : essayer de les aider financièrement en partie et effectuer un suivi , s’assurer que le traitement est correctement pris , et également rappeler quelques règles élémentaires concernant les grandes maladies qui touchent ce pays , comme le sida donc , ou le paludisme ou la dengue , surtout à quelques semaines de la mousson qui démarre début juillet et qui durera jusqu’en Septembre , une période propice aux moustiques porteurs du palu et de la dengue.

La matinée était donc dédié aux présentations , puisque je dois normalement rédiger en français et en anglais , pour les donateurs , un texte présentant chaque enfant.
Chants et danses sont venus clôturer la matinée

Puis l’apres midi , direction le zoo …
Les comportements de chacun face à cette sortie qui sera probablement la sortie des vacances , voire pour certains de l’année , est trés différent …

D’un côté Susmitha , petite princesse de 13 ans , téméraire et joyeuse , qui à chaque enclos , me dit ‘Take Take’ en me montrant l’appareil photo , joue à cache cache avec Samy le responsable de l’association et le taquine pour qu’il la prenne sur ces épaules ,

Ou Pratika , petite poupée de 4 ans , qui court d’enclos en enclos , se hisse sur la pointe de ses pieds pour voir les phoques , rugit devant l’enclos des lions pour les faire venir et saute de joie quand elle aperçoit les poissons rouges dans leur aquariums …

D’un autre côté , Surindan , 6 ans , qui veut que je le prenne en photo mais refuse de me faire un petit sourire , il pose fièrement tout droit , sérieux , dans son costume confectionné par sa grand mère ,
Et enfin , Santosh , 9 ans , plus petit que Surindan , venu accompagné de sa grande sœur, 16 ans  , qu’elle ne quittera pas de la journée.

Chennai , first Day

Arrivée à 9h du matin à l’aéroport de Chennai.
Si je n’avais pas ressenti la chaleur jusqu’à présent , une fois à l’extérieur , impossible de passer à côté de cet air étouffant…
Samy , le responsable de l’association m’attends à l’exterieur de l’aéroport.
Une 1/2 heure plus tard , je prends mes quartiers dans une chambre de sa maison , donnant sur le toit et la terrasse.
Depuis ce point de vue , je peux observer la vie du quartier avec juste dn de dessous l’animation d’un temple hindou et de la superette du coin ou tous les locaux se bousculent pour obtenir une bouteille de soda bien fraiche , le bar du quartier en quelque sorte ..
Neammoins , pour l’instant tout semble bien calme et calée sur le niveau des températures …
Une vache marche tranquillement dans les ruelles sans se laisser perturber par les klaxons des cyclomoteurs , seuls les enfants semblent actifs et imperturbables à la chaleur …
L’encens embaume l’atmosphère par vague.

Dès ma 1ère journée , la culture indienne , si différente et particulière , me frappe … le midi , je mange le curry avec les femmes de la maison , elles sont contentes de me faire remarquer qu’il a été fait exprès pour moi et donc un peu moins spicy , je le trouve malgré tout très relevé , et manque de croquer dans un piment…

Le reste de l’après midi se déroule entre l’atelier de couture de la maison ou de jeunes filles s’exercent à la couture et confectionne des kameetz et, une balade dans le quartier …