Windows of New York de Jose Guizar

Windows-New-York-Jose-Guizar


‘Le projet The Windows of New York est une dose illustrée et hebdomadaire d’une obsession qui grandit de plus en plus en moi depuis que la chance m’a envoyé dans cette ville.’

Windows-New-York-Jose-Guizar
Pour Jose Guizar, jeune designer américain d’origine mexicaine, la vue des fenêtres des façades de New-York est une obsession.
Installé depuis un certain moment dans cette ville, il a commencé à développer une réelle passion pour l’architecture.

Il lance donc The Windows of New-York Project,
un projet qui présente ses illustrations sur le thème des fenêtres qui déniche au fil de ses balades et vagabondages aux 4 coins de Manhattan,
un projet qui est avant tout le fruit d’un challenge personnel, celui de regarder vers le ciel et viser plus haut.

Il réussit ainsi à faire vivre un site web sur lequel il ajoute au fil du temps ses dernières illustrations de fenêtres emblématiques de Big Apple.
Chaque dessin est accompagné de l’adresse précise de localisation des fenêtres.

Ce projet me fait beaucoup penser à celui de Vahram Muratyam, Paris Vs New York qui est dans le même esprit graphique , même dessin épuré , mêmes couleurs , même esprit …
Comme pour Paris Vs New-York, on a envie de découvrir l’ensemble des illustrations, et c’est possible sur le site de son auteur : http://www.windowsofnewyork.com/

Et en faisant cela, je me suis mise à réfléchir aux fenêtres qui avaient le plus retenu mon attention lors de mes séjours , et par ricochet au quartier que j’avais préféré.
J’ai souvent raconté le coup de coeur que j’avais eu pour Brooklyn mais dans Brooklyn, c’est Caroll Gardens qui reste ma zonede prédilection, celle ou j’aime me perdre, avec ces petites  brownhouses aux fenêtres fleuries et aux jardins bien entretenus.

J’ai cherché sur le blog de José Guizar mais n’ait rien trouvé de Caroll Gardens, je continuerais donc à me balader sur son site, en espérant qu’il élargisse son champ d’investigation…

Windows-New-York-Jose-Guizar

Windows-New-York-Jose-Guizar

Windows-New-York-Jose-Guizar

Windows-New-York-Jose-Guizar

Windows-New-York-Jose-Guizar

Above Top of the Rock

Top-of-the-rock-New-York-Empire-State-Building

A New York, 

Au sud, l’Empire State Building of course, et au loin les gratte-ciels du financial district qui se dressent à l’extrémité de Manhattan.
Au nord
, Central Park, bordé par la 5è Avenue et Central Park West.

Encore plus au Nord, Harlem puis le Bronx disparaissent dans la brume de la fin de journée.A faire pour le mythe et pour le coucher de soleil.. 

Invariablement, la même question se pose : Top of the Rock ou Empire State Building
Pour  les avoir fait tous les 2, je vous conseillerais … les 2. 


L’Empire State Building offre une vue magnifique sur le Chrysler Building et sur le Financial District.Top of The Rock permet d’immortaliser l’Empire State Building en 1er plan devant Downtown mais offre  également une vue imprenable sur Central Park. 

Top-of-the-rock

Top-of-the-rockTop-of-the-rock
Top-of-the-rock

Top-of-the-rock

Top-of-the-rock

La galerie des murmures de Grand Central


La galerie des murmures de Grand Central
 est une de ces bizarreries architecturales qui gardent leur étrangeté même après qu’on vous ait expliqué la réalité derrière la légende.
Dotée d’un superbe plafond vouté, il est possible de chuchoter dans un coin et se faire parfaitement entendre d’une autre personne située au coin opposé et ce quelque soit le bruit autour.

La galerie des murmures de Grand Central est située juste en face de l’Oyster Bar & Restaurant où se prolonge la structure des voutes carrelées.
Pour obtenir un meilleur résultat, il faut parler en face du mur, aussi près que possible de la pierre.
Il faut aussi s’assurer que l’autre personne est bien placée dans le coin diagonalement opposé.
La voix qui parvient à l’oreille de cette personne est modifiée, comme télégraphiée sous la voute.

Grand Central doit cette particularité à un entrepreneur espagnol qui avait quitté Barcelone pour faire fortune à New York.
Il y avait importé un procédé de voute carrelée peu connue aux Etats Unis et pour lequel il déposa un brevet.
Cette galerie des murmures est son œuvre et ce n’est que grâce au hasard de sa construction qu’elle possède cette particularité si étrange et magique.

 
Dans la catégorie New York Insolite :

 

– perdez-vous dans le palais de Julian Schnabel : Le Palazzo Chupi 
– profitez de la balade dans Central Park pour admirer ses ormes 
– allez découvrir le plus petit parc de New York : Septuagesimo Uno Park 
– jetez un œil sur la grille d’aération de Marylin Monroe 
– profitez du calme de Washington Mews 
 

Portrait of a City : New York

Portrait of a City New York Insolite


Portrait of a City : New York
Des folles nuits de ses clubs de jazz à l’ère du disco dans le Bronx , de la plage de Coney Island aux gratte-ciel Art Déco en passant par ses ponts vertigineux, Portrait of a City présente cette fois-ci New York, New Yorkla grandiose, New York l’insolite, New York glamour ou New York populaire … 
Un véritable feu d’artifice …


On est subjugué par le nombre, la qualité et la variété des clichés proposés, qui couvrent une période s’étalant de 1850 à 2011 et présente la ville de New York à chaque étape de sa riche et tumultueuse existence. 


Pour compléter ce prodigieux trésor d’images, des centaines de citations et de références tirées de livres, films, émissions et chansons sur le sujet.
La ville y est représentée avec tous ses hauts et ses bas, des folles nuits de l’ère du jazz à la période hédoniste du disco, en passant par la sombres période de la Grande Dépression ou le désastre du 11 septembre et ses séquelles, alors que ses citoyens, traumatisés mais debout, recollent les morceaux.

A noter, cet incroyable mais vrai cliché depuis Brooklyn : cinq personnes au bord de l’eau rient et parlent, un jour d’été radieux, alors que dans leur dos, la cité brûle, les tours et un monde s’effondrent.
Et également cette photo de Martin Scorsese et Robert de Niro dans un taxi sur le tournage de Mean Streets , près de 3 ans avant le mythique Taxi Driver ….

Au final, les éditions Taschen n’ont pas lésiné sur le choix des photographes.
Les meilleurs sont ici présents pour témoigner des heures marquantes, tragiques ou magiques, et des (r)évolutions de la Big Apple, cette ville tout le temps en mouvement et qui ne cesse de se réinventer.

Les clichés élégamment édités sont signés par 150 pointures dont Steve SchapiroAllen Ginsberg, Garry Winogrand, Bruce Davidson, Helen Levitt et James Nachtwey, qui était sur place le 11 septembre 2001, tout comme Thomas Hoepker, de l’agence Magnum.


Portrait of a City : New York

Portrait of a City New York

Portrait of a City New York

Portrait of a City New York


New York Insolite : le plan fluctuant de Greene Street


Au cours d’un de mes séjours à New York, en me baladant à Soho, je suis tombée par hasard sur un drôle de dessin qu’on ne voit pas forcément au premier passage.
Tout dépend du moment où on passe dans ce coin-là de la rue … 
En pleine journée, au moment où les touristes donnent tout son sens  au surnom de Soho, à savoir le Shopping Mall de Manhattan, il est quasiment impossible de le remarquer …
Mais au petit matin, on peut se retrouver face à ce dessin en se demandant de quoi il s’agit, un circuit ou l’agrandissement d’un organigramme ?
Et on n’est pas bien loin, ce dessin en acier inoxydable représente le métro de New York
Il a été réalisé par l’artiste belge Françoise Scheinet fut pendant longtemps le plus grand plan de métro de la ville. 
C’est en survolant New York de nuit, illuminé, et en s’imaginant plonger dans une immense puce électronique que l’artiste eu l’idée de représenter ainsi ce métro qui la fascinait tant…

C’est ainsi qu’en 1984, elle présenta son idée à un prometteur immobilier qui souhaitait métamorphoser  le trottoir de son immeuble de Greene Street

Françoise Schein proposa son projet intitulé Plan du métro fluctuant sur un trottoir de New York.

Le promoteur n’hésite pas une seconde : ‘j’achète’ s’écria-t-il ! 



Dans la catégorie New York Insolite :


– perdez-vous dans le palais de Julian Schnabel : Le Palazzo Chupi 
– profitez de la balade dans Central Park pour admirer ses ormes 
– allez découvrir le plus petit parc de New York : Septuagesimo Uno Park 
– jetez un œil sur la grille d’aération de Marylin Monroe 
– profitez du calme de Washington Mews 

New York Insolite : le Palazzo Chupi de Julian Schnabel

Palazzo Chupi Julian Schnabel New York

Palazzo Chupi Julian Schnabel


Dans la catégorie New York Insolite, si vous vous promenez dans West Village, entre Washington Street et West Street plus particulièrement, vous tomberez nez à nez avec un étrange bâtiment : la spectaculaire maison de Julian Schnabel dans le West Village.

Elle brille d’une insolente fantaisie que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans Manhattan.
Son Palazzo Chupi est une demeure vénitienne démesurée, perchée sur d’anciennes écuries et recouverte d’une peinture rose bonbon.
Il se chargea lui-même de la somptueuse décoration : carrelages marocain, cheminées dignes d’un château de princesse, piscine de 12 mètres au sous-sol …

Que l’on aime ou que l’on n’aime pas, et ils sont beaucoup dans ce cas-là à New York, il faut voir le bâtiment, plutôt en fin d’après-midi pour profiter des belles lumières du coucher de soleil sur sa façade rose.

Pour avoir vu des photos de l’intérieur dans Vanity Fair, j’avoue ne pas être très fan de cette décoration, un peu trop rococo et coloré à mon goût.


Victime de sa demesure , Julian Schnabel aurait tenté de vendre plusieurs fois son palais , et Bono et Richard Gere se seraient portés acquéreurs , visiblement sans succès.
Palazzo Chupi Julian Schnabel
Palazzo Chupi Julian Schnabel

Palazzo Chupi Julian Schnabel

Crédit Photo : Vanity Fair pour l’intérieur et moi même pour les photos extérieurs. 
Dans la catégorie New York Insolite :

– profitez de la balade dans Central Park pour admirer ses ormes
– allez découvrir le plus petit parc de New York : Septuagesimo Uno Park
– jetez un œil sur la grille d’aération de Marylin Monroe
– profitez du calme de Washington Mews 

New York Insolite : les ormes de Central Park

New York Insolite : les ormes de Central Park

Il y a plus de 25 000 arbres à Central Park et environ 150 espèces différentes, c’est déjà en soi un élément majeur et insolite de New York.
Ceux qui bordent le Mall, la vaste allée qui descend à Bestheda Terrace, sont des ormes américains.
Le tunnel de feuillages qu’ils forment est l’une de mes images préférées de cette ville au même titre que l’Empire State Building  ou le Brooklyn Bridge .
Il faut savoir que ces ormes requièrent un soin quasi constant parce qu’ils sont sans cesse menacés.

La plupart datent de 1920 et ont résisté à l’invasion d’un champignon hollandais qui a ravagé la plupart des forêts de l’Amérique du Nord et décimé grand nombre d’ormes.
Ceux de Central Park ont résisté et c’est pour cela qu’on les considère comme les plus beaux du pays.

Ils sont examinés à la loupe pour reperer le moindre symptome , les branches sont minutieusement traitées et il n’est pas rare qu’on déracine certains arbres pour éviter qu’une maladie ne se répande.

D’après le directeur du parc, ils sont probablement les arbres les plus surveillés au monde.

Pour ma part, je n’aurais que des photos d’automne à vous présenter, n’ayant eu le plaisir de parcourir New York qu’à cette saison.

Vivement que je puisse admirer ce mall au printemps !
A noter qu’entre la photo ci dessus et celle ci dessous prises quasiment au même endroit , il doit y avoir au maximum 1 semaine de différence … la premiére ayant été prise lors de mon 1er séjour fin octobre 2008 et la seconde lors de mon second séjour début novembre 2009. 
New York Insolite : les ormes de Central Park

New York Insolite : les ormes de Central Park

Et si vous avez envie de découvrir d’autres lieux insolites dans cette ville surprenante, je vous conseille d’aller lire ces billets  :

New York Insolite : les ormes de Central Park