See No Evil Street in Bristol

0 See No Evil Bristol Titre

Résumer Bristol à Banksy ne serait pas faire justice à la diversité de la scène Street Art et graffiti locale tellement ces 2 disciplines semblent ancrées dans les gènes de la ville.
Pionnière en Europe avec le boom du graffiti dans les années 80 dans le quartier populaire Stoke Croft, le berceau du Trip Hop a également été le lieu de 2 évènements majeurs dans ce domaine: le See No Evil Festival qui s’est tenu en Aout 2011 et 2012 en plein coeur de la ville, et le UpFest qui se déroule chaque année au mois de Juillet depuis 2009 à Southville.

Organisé par Inkie, originaire de Clifton, un des boroughs de Bristol, et street artiste de renommée internationale, le See No Evil Festival avait principalement investi Nelson Street, artère très fréquentée, reliant le centre commercial de Broadmead avec le centre médiéval de Bristol.
Au total 72 artistes, dont une vingtaine internationalement connus,  ont participé au festival de 2011, et ont investi l’avenue bétonnée de murs désespérément gris, et réputée pour sa circulation particulièrement dense.

Du monumental enfant loup d’Aryz qui occupe les 5 étages d’un bâtiment et qu’il a peint en une seule journée, au portrait tout en finesse d’une mère et son bébé d’El Mac, en passant par les demoiselles vintage d’Inkie , chaque artiste avait imprimé son style tout au long de Nelson Street lui donnant ainsi une nouvelle physionomie.

L’année suivante, 45 artistes ont remis une nouvelle couche d’oeuvres sur les murs.
Auparavant, via un vote proposé sur internet par les organisateurs, les amateurs avaient pu sauver 3 murs de l’année précédente.
Outre les 2 oeuvres d’Aryz et de El Mac, le traditionnel gentleman au chapeau melon de Nick Walker a également échappé à la destruction.

De l’opus 2012, on retiendra le petit bonhomme de Stik qui occupe toute la hauteur d’un immeuble, le poulet futuriste de Pixel Pancho ou la représentation d’un combat historique entre 2 preux chevalier de Conor Harrington.

Quatre plus tard, de nombreux murs sont encore visibles et, au même titre que les oeuvres de Banksy, ils représentent le fleuron de l’art urbain de Bristol.
L’ensemble est tellement grandiose et haut perché qu’on peut arpenter plusieurs fois  l’avenue sans arriver à tous les voir.
Me concernant, ce fut le cas de celui de Stik que je n’ai vu que le dernier jour de mon séjour…
Assurément, un ‘must to see’ du graffiti ‘made in UK’.

See No Evil Bristol (10)

See No Evil Bristol (8)

See No Evil Bristol (9)

See No Evil Bristol (4)

See No Evil Bristol (3)

See No Evil Bristol (2)

See No Evil Bristol (1)

See No Evil Bristol (5)

See No Evil Bristol (7)