L’échappée pascale

06042015-DSC09540

On a beau être urbain, aimer sa ville, aimer y vivre, quand le soleil pointe son nez, que le ciel est bleu, et que l’on a la chance de vivre à Bordeaux, on met le cap sur la côte et la plage.

Et en Aquitaine, nous avons le choix, l’océan, les lacs ou le Bassin d’Arcachon, chacun ses habitudes …
Il y a les solitaires et les amoureux des grands espaces qui choisissent une plage éloignée.
Pour eux, passer les dunes et marcher les pieds nus dans le sable va de pair avec des étendues désertes.
D’autres préféreront acheter une glace et s’installer à l’ombre d’un arbre face à la mer.
Me concernant, le 1er week-end de la saison en bord en de mer se conjugue forcément avec un plateau d’huitres et un petit verre de vin blanc face au mimbeau du Cap Ferret avec la dune du Pyla en toile de fond.

C’est un petit luxe qui n’est pas compliqué à obtenir quand on est bordelais.
Il suffit d’1h30 de route pour s’installer l’espace de quelques heures dans ce petit coin de paradis.
Chaque nouvelle saison, on grave dans nos yeux un nouveau stock de belles images avec un plaisir non contenu …
Le vert des pins maritimes au pied des dunes, les fougères sauvages au cœur des forêts, les épuisettes des enfants abandonnées dans les jardins des villas et des cabanes ostréicoles, les  célèbres pinasses, le jaune des immortelles au parfum de curry, les mimosas aux senteurs chaudes, les genêts et les bouées des zones de pêche… Bref, la liste, des petites choses et des petits trucs que j’aime à retrouver, est sans fin.

Pour le plateau d’huitres, l’adresse reste toujours la même me concernant, le cabanon de Degraves, mes préférées, pas trop salées, juste ce qu’il faut.
Depuis sa terrasse, la vue, d’un côté sur Arcachon, noyée dans son océan de verdure, et de l’autre sur la grande dame blanche,  est superbe.

Une fois les envies d’huitres satisfaites, l’océan et son sable chaud s’offre au randonneur, de la pointe du Cap Ferret jusqu’à la plage principale de l’Horizon, les étendues sont vastes et donnent à chacun un sentiment de liberté sans limite.
Bien évidemment, mon oeil affuté et habitué réussit à chaque nouvelle saison reperer les quelques blockhaus qui peuplent la plage et qui, durant l’hiver, ont été relookés..

06042015-DSC09465

06042015-DSC09462

06042015-DSC09479

06042015-DSC09488

06042015-DSC09489

06042015-DSC09546

IMG_0035

06042015-DSC09550

06042015-DSC09457