Le contraste indien

Difficile de parler de ce voyage sans avoir l’impression d’en laisser forcément une partie de côté… On ne peut pas raconter toutes les impressions ressenties lorsqu’elles se succèdent avec autant d’intensité, qu’elles s’enchaînent sans répit …. et puis à vivre l’Inde au quotidien et dans son quotidien , on finit forcément par céder à l’anarchie … et globalement c’est l’anarchie dans ma tête , je n’arrive pas à démêler les différents sentiments suscités par mes tribulations , qu’ils soient positifs ou non.
L’expression qui revient très souvent , est que l’Inde est un pays de contraste …. mais comment exprimer exactement ce que l’on ressent , car c’est aussi un contraste de sentiment.
Clairement , il y a des moments ou j’aurais aimé pouvoir fermer les yeux et ne sentir que des effluves de jasmin , écouter des mantras , les rouvrir et être entourée d’indiens tolérants, ouverts d’esprit, désintéressés…
Dans ces moments là, j’étais bien loin de cet eden …. dans ces moments là , j’étais perdue dans la circulation urbaine à devoir faire le choix entre me faire écraser , finir estropiée ou attendre 10 minutes pour pouvoir traverser.
J’etais préoccupée par le fait d’éviter de frôler de trop près l’homme qui arrivait en face de moi et qui cherchait à accrocher mon regard tout en se grattant l’entrejambe.
Ou je marchais au milieu d’une foule d’indiens dans une rue commerçante sur des amas de détritus jetés par terre ….
J’ai eu du mal pendant ces 4 semaines à trouver une accalmie dans les sentiments contradictoires que ce pays génère en moi. Je n’étais clairement pas venue pour retrouver mes repères d’occidentale et savait que le gap entre ma vie et ce que j’allais découvrir , était énorme mais l’Inde ne laisse aucun répit ou si peu … pas moyen de se poser pour décompresser et faire un point.
Et pourtant , j’aurais aimé vous parler à chaud des pujas , cérémonie hindou honorant un dieu , auxquelles j’ai assisté avec la famille qui m’héberge , des visites quasi quotidiennes au temple , des repas de famille ou on m’apprends à manger avec la main droite ( une gageure pour la gauchère que je suis ) et à boire sans que mes lèvres touchent le verre , des virées à la plage de Mallapuram avec les enfants …. etc

Mais une fois devant mon écran , j’étais déjà passée à autre chose et comment revenir sur des moments qui humainement m’avait beaucoup apporté , je n’avais plus les mots … J’espère les trouver une fois rentrée en France…