La place de la femme en Inde

Quelle est la place de la femme en Inde actuellement ?
Il ne faut pas le nier , il y a un vrai paradoxe.

En Inde, ce sont elles que l’on remarque en premier. Elles sont partout. Leurs costumes colorés (saris, chudidars, penjabis..) animent les paysages, le jasmin dans les cheveux souvent éclairent la grisaille poussiéreuse des villes.
Pourtant , au quotidien , dans les faits divers et dans les fondements de cette société , elle reste une victime idéale.
Dès le départ , l’éducation des filles est différente de celles des garçons ..
La petite fille indienne va être clairement conditionnée dès l’enfance à son rôle futur d’épouse et de mère …
En rentrant de l’école , une fois les devoirs faits , elle va aider sa mère aux tâches ménagères et à la cuisine alors que le garçon ira jouer au cricket avec ses copains.
 J’ai pu le constater en discutant avec les orphelins rencontrés lors de mon premier week-end …

De même , une famille indienne investit visiblement moins dans les études d’une fille que pour celle d’un garçon car l’avenir de leur fille n’est pas de travailler pour subvenir aux besoins d’une famille mais d’assurer le bien-être du foyer familial en étant disponible à son mari et attentive à l’éducation de ses enfants.

Toutefois dans les milieux plus riches, citadins, la jeune femme a plus de chances de faire des études plus longues seulement dans la perspective de réaliser un meilleur mariage , les diplômes étant aujourd’hui une partie de la dot et un des critères de sélection.
Et si elle travaille , une fois mariée , elle arrêtera de travailler pour s’occuper de sa famille et de ses enfants à venir.

Même si le mariage d’amour tend à se développer , la plupart des mariages restent arrangés avec à la clé une dot , qui parfois peut être la cause d’atrocités lorsque la belle famille estime qu’elle n’est pas suffisante , le cas de jeunes filles brûlées ‘par accident’ par leur maris ou leur belle famille n’étant pas isolé …

Pour tout ces aspects , la venue d’une fille dans une famille est encore trop souvent accueillie comme une mauvaise nouvelle , il faudra la doter pour la marier et c’est souvent perçue par ses parents , du point de vue économique, comme un coût négatif.
Je n’aborderais pas ici les cas de viol qui vont en grandissant , j’évite de lire les articles les concernant dans la presse indienne car cela peut devenir rapidement effrayant.

Petite anecdote de la journée d’hier qui n’a rien à voir : après plus de 15 jours de grande chaleur et ciel bleu , Bhuvana , la femme de Samy , me fait remarquer au lunch que l’air est plus frais depuis 2/3 heures ….
‘Rain is coming’ me dit-elle … 

Je reste dubitative … 
1h , plus tard , à l’heure de la sieste , la pluie commence à tomber et dégénère en énorme orage , l’eau , qui tombe drue , envahit les pièces , puis un énorme tonnerre comme il me semble n’en avoir jamais entendu , je fais un bond sur ma chaise …. la foudre est tombée sur un générateur 2 pâtés de maison plus loin , plus d’électricité pour le reste de la journée ..

Et comme ici , on ne fait jamais rien à moitié , la plupart des maisons étaient inondées , nous avons donc passé la fin d l’après midi à éponger et écluser ….

That India !