Une apartée à Dorsoduro

Venise est la ville parfaite pour un week-end en amoureux en Italie si on fait abstraction du monde et de la foule de touristes dans les petites ruelles …
Pourtant, j’ai adoré cette ville et ne pense qu’à y retourner … et puis pour retrouver le calme, il suffit de sortir du centre et aller se balader dans Dorsoduro , juste de l’autre côté du Canal Grande , face à San Marco.
Comme dans les autres quartiers, il y a énormément de petites rues, plus ou moins étroites, débouchant sur de charmants ponts ou sur des quais au bord desquels sont amarrées de nombreuses embarcations…
La Punta  Dogana   , la pointe  de la douane, s’avance dans la lagune comme une proue de navire, là ou le Canal Grande rejoint Saint Marco.
 Les entrepôts de la douane datent du XVII è siècle.

Ils  ont été achetés par François Pinault  et reconvertis en centre d’art contemporain avec l’aide du talentueux architecte japonais Tadao Ando qui a réhabilité les lieux. 

La Fondation y  présente les œuvres des artistes de renommée internationale : Jeff Koons, Sigmar Polke, Cindy Sherman, Richard Prince, Cy Twonbly, Takashi Murakami, les frères Chapman, avec leur impressionnant « Fucking Hell » ou leur vision de l’enfer nazi, Maurizio Cattelan et ses gisants de marbre.
Dorsoduro , c’est aussi les zatteres , nom que l’on donne aux quais exposés au Sud et qui longe le Canal de la Guidecca , 2 km de balade avec une vue panoramique sur la Guidecca…
Balade favorite des vénitiens après une journée de canicule, elle offre une vue imprenable sur les chefs d’œuvre de Pallatio : San Giorgo et le Redentore.
Et la petite curiosité du quartier est le primeur qui a élu domicile à San Barnaba avec sa barque de fruits et légumes, sûrement l’épicerie la plus photographiée au monde…