les Wat de Bangkok



Dire que nous avons été émerveillées par la  beauté et la richesse des temples de Bangkok est un euphémisme.
A moins que vos 5 sens ne se mettent sérieusement à dérailler, je ne vois pas comment en effet, il pourrait en être autrement.

Le problème avec les temples c’est qu’il faudrait posséder plusieurs paires d’yeux pour embrasser autant de grandeur et d’esthétisme à la fois.

Celui qui nous aura le plus émerveillé : le Wat Pho visible depuis la rivière Chao Praya comme une multitude de temples scintillants sous les rayons du soleil.

Il fut le premier centre d’éducation publique. Aujourd’hui, il est le centre national d’enseignement de la médecine Thaïlandaise, y compris le massage.
Un labyrinthe, intérieur et extérieur offre une magnifique architecture.
Ce temple abrite la plus vaste collection de bouddha de Thaïlande ainsi que le magnifique Bouddha couché.
Avec ses  46 mètres de long et ses 15 mètres de haut, il semble très à l’étroit entre ses quatre murs.
Il illustre l’accession de bouddha au nirvana, c’est à dire la mort de bouddha et son accession à la béatitude.
Nettement moins couru que le Wat Pho ,  le Wat Saket et le Mont-Doré qui donnent une bonne idée de la vie sociale qui s’articule autour et dans les temples populaires.
Ce temple doit son nom au promontoire artificiel sur le quel il a été édifié.
Peu visité par les touristes étrangers, il offre pourtant une des plus belles vues de Bangkok. Un long escalier extérieur, bordé de dizaines de cloches en bronze, permet d’accéder au point culminant de Bangkok.
Par temps clair, la vue à 360° est vraiment impressionnante.

A ne pas rater malgré la foule de touristes qui l’envahit chaque jour : le Wat Phraew.