Lab 14 : La Poste éphémère

img_3245

Depuis le 15 Décembre et jusqu’au 26 Février, le Lab 14 s’est installé dans d’anciens bureaux au-dessus de la Poste du 140, boulevard du Montparnasse : sur deux étages, ce nouveau lieu de l’art urbain se vit avec les artistes, certains d’entre eux continuant à travailler tout au long de l’exposition, soit jusqu’au 26 février 2017.

Niché entre la  confidentielle et mythique rue Campagne Première et le boulevard  du Montparnasse, l’ancien immeuble de La Poste a été construit au début des années 1940 par Michel Roux-Spitz, grand nom de l’architecture de cette époque.
Il s’inscrit dans le quartier bohème et artiste de l’entre-deux-guerres.
Deux étages d’anciens bureaux autour d’une cour intérieure,  ont été totalement investis et retapés : créations murales, installations en 3D ou numériques et réalisations d’une trentaine d’artistes de renom, mais également de valeurs montantes sont venus remplacer le quotidien gris de ce lieu.
Tous ont en commun d’être des artistes urbains : graffeurs, pochoiristes, photographes, colleurs,  sculpteurs, artistes lumière et numérique.
Ils ont investi le LAB 14 pendant 3 mois,  s’appropriant les espaces, les transformant  pour nous faire rentrer un peu plus dans  leur univers.
Durant ces 2 mois, de nombreux ateliers et performance en live ont eu lieu.
Le résultat final, à 1 semaine de la cloture, est blufflant, frais et coloré.
On passe d’un univers à l’autre sans vraiment identifier les frontieres, on se perd dans les piéces un peu comme dans un labyrinthe avec l’envie de ne jamais retrouver son chemin.

A l’entrée, une panthère accueille le visiteur derrière un grillage et le guide vers un long couloir sombre en parti recouvert des collages de Madame.
On croise çà et là des montagnes de meubles récupérés ou encore un énorme éléphant en bois.
Au fil de la déambulation, on retrouve des noms connus dans le circuit : collage de divas rétros par FKDL ou constellation d’origamis fixés au mur par Mademoiselle Maurice.
Au détour d’un couloir, l’artiste Bojan, installé à Malakoff, a recouvert une cage d’escalier de crânes au trait rageur évoquant Basquiat.
Quand au collectif Photograffée, c’est un mélange de spray et photographie de rues grand format qui s’affichent en trompe l’oeil, qu’il offre au spectateur.

A découvrir jusqu’au 26 Février, 140 boulevard Montparnasse // Paris 14éme.

img_4941

img_3273

img_4930

img_3265

img_3262

img_4922

img_4925

img_4929

img_3259