La cène, version Rooble & A-mo // Bordeaux

la cène Rooble A-MO

La Cène, tableau légendaire de Léonard de Vinci, exposé à l’église Santa Maria delle Gazie de Milan et représentant  le dernier repas que Jésus-Christ prit avec les Douze Apôtres le soir du Jeudi saint,  a été une des vedettes de la dernière édition de Bordeaux SO Good dans le cadre de l’exposition Le dernier Banquet qui se tenait à l’Espace Mably.

Il y était notamment présenté des oeuvres originales telles que Le Gang Bank de Gérard RancinanLa Sainte Cène de  Bettina Rheims, mais également des reproductions des oeuvres de Léonard de Vinci, Bassano Jacopo ou Tintoretto.

L’art urbain était également à l’honneur de cette exposition avec une performance ‘en live’ durant les 3 jours de l’évenement de street artistes bordelais : A-Mo, auteur de la jungle urbaine qui a envahi les rues bordelaises ces derniers mois, et Rooble pére fondateur de Transfert, qui chaque année réunit une pléthore d’artistes urbains dans un lieu symbolique de la vie bordelaise, soit cette année 30 artistes sur les 5000m2 de surface de l’ancien Virgin Megastore.

Pour cette exposition sur un thème culinaire, l’Institut Culturel Magrez leur avait donné carte blanche pour livrer leur propre interprétation  et vision de La Cène.
Les 2 artistes ont travaillé à la bombe, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont livré chacun une version plutôt différente, restant fidèle à leur style, A-mo à son bestiaire et Rooble à ses portraits impertinents plus vrais que nature et certifiés conformes au modéle.

la cène Rooble A-MO

la cène Rooble A-MO

la cène Rooble A-MO

la cène Rooble A-MO

la cène Rooble A-MO

la cène Rooble A-MO

la cène Rooble A-MO

la cène Rooble A-MO

Rooble
Né en 1981 à Versailles, Jean Rooble, vit et travaille à Bordeaux.
Autodidacte, il dessine depuis son enfance.
Influencé par le hip hop, il se lance dans la pratique du graffiti à la fin des années 90. Il commence par le lettrage et les tags puis s’oriente vers le figuratif.
En 2008, il décide de se consacrer entièrement à son art et crée l’association Les Frères Coulures.
Il fonde ensuite le collectif Transfert et participe aux expositions éponymes à Bordeaux.
Fasciné par le clair-obscur, il exalte la lumière par un travail sans cesse renouvelé de la couleur et la recherche de contraste fort.
Entre illustration et réalisme quasi photographique, il explore des thèmes universels et humanistes, laissant exprimer parfois crument sa sensibilité et son besoin de mettre l’humain face à lui-même.

A-MO
Né en 1982, A-MO est un artiste autodidacte, passionné dès son plus jeune âge par les arts graphiques et les arts urbains.
Après avoir longuement voyagé en France et dans le Sud-Ouest, il s’installe à Bordeaux, ville où il vit et travaille actuellement.
Vainqueur du concours national de Street Art des Vibrations Urbaines, A-MO souhaite à travers sa peinture faire partie du quotidien des gens, ‘l’objectif selon moi d’un art populaire’.
Si l’art d’A-MO est surtout présent sur les murs de Bordeaux et ses alentours, son travail a également été exposé à la galerie d’art Spacejunk de Bayonne, la Zone du Dehors ainsi que l’Iboat à Bordeaux.
Utilisant le tag, le lettrage, le pochoir, la bombe, le posca , le marqueur ou encore le rouleau de peinture, A-MO a progressivement développé sa propre technique qu’il nomme Paintag : la superposition de tag pour créer des effets de relief inattendus.