Le M.U.R de Bordeaux by Scan-R

29052015-DSC00546

Ambiance futuriste pour cette 9ème performance du M.U.R de Bordeaux et revendicative : Save the future. 

Cette fois ci, c’est l’artiste bordelais Scan-R qui s’y collait et s’il affirme que ses références remontent aux films de Science-fiction du type Tron, c’est pour ma part à Mad Max : Fury Road  que j’ai pensé lorsque j’ai découvert les formes symétriques rappelant des calandres rutilantes de camion enchevetrées avec ce qui semble être des collines vertes et des lacs qui eux symboliseraient l’oasis transformé en forteresse par l’empereur fou Immortan Joe.
Un peu comme si l’urbain se confrontait à la nature, cette derniere tenant bien entendu le rôle du sauveur.

Plus j’observais sa réalisation, et plus les engins de folie, dignes de Burning Man, ou bien la représentation futuriste du dernier oasis sur terre me revenaient en mémoire.
Et puis, à la veille de la marche mondiale contre Monsanto, difficile de ne pas faire un parallèle entre la réalisation de Scan-R, l’épopée féministe et un brin écologique ( si on fait abstraction du désert namibien ravagé par le tournage )  de Georges Lucas et nos responsabilités de citoyen.

Pour en revenir à la fresque, partant d’un dessin en noir et blanc réalisé sur une feuille blanche, armé d’une quantité impressionnante de bombes de toutes couleurs, Scan-R a œuvré pendant pratiquement 3 jours pour un résultat final très coloré.
Cabanes en bois, collines vertes et coucher de soleil, il faut avouer que sa représentation du futur est plutôt tentante, en tout cas beaucoup plus que celle de Georges Lucas. 

Pionnier de la scène du street art bordelais, il a démarré au début des années 90 et a connu la grande époque du graffiti bordelais, avant que la ville ne soit inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco et que les rues du centre ville ne soient réguliérement passées au karcher.
Heureusement qu’il reste encore des lieux comme Darwin ou les bassins à flots où les artistes comme Scan-R, travaillant sur des murs de grande dimension, peuvent encore s’exprimer.

Année après année, il a développé un style essentiellement basé sur la déstructuration des lettres qui deviennent quasiment illisible, style que l’on retrouve bien dans la création qu’il a réalisé pour sa performance au M.U.R.

A découvrir jusqu’à mi Juin au coeur du quartier des Chartrons, place Jean & Jean Paul Avisseau, avant que les enfants de l’école maternelle Stendhal ne prennent possesion des lieux pour la derniere performance de la saison.

21052015-IMG_8620

21052015-IMG_8625

22052015-DSC00121

22052015-DSC00141

22052015-DSC00156

29052015-DSC00543