JonOne, King of Harlem featuring Maï Lucas

16052015-DSC00064

Au départ, une rencontre entre l’artiste graffeur et peintre John Perello ,alias JonOne, et Bernard Magrez.
Séduit par l’intervention de JonOne sur la Rolls Royce d’Éric Cantona dans le cadre d’une vente aux enchéres au profit de la Fondation Abbé-Pierre, Bernard Magrez lui propose de renouveler l’expérience sur un des voitures anciennes de sa propre collection personnelle,  une Jaguar de 1967.

Entièrement customisée au posca, des marqueurs de peinture résistant à l’eau, elle trône depuis Jeudi à l’entrée du Château, en préambule de l’exposition composée de 35 tableaux de JonOne réalisés pour cette exposition et accompagnés par une série de portraits photographiques de Maï Lucas.

Répétition du geste, densité des couleurs, appropriation de l’espace de la toile, utilisation de différentes techniques dont la peinture à l’huile, c’est une véritable explosion de couleurs et de créativité qui habite les différentes salles et sublime le Château Labottière, apportant ainsi une modernité subtile dans ce magnifique écrin situé au cœur de Bordeaux.

De son blaze qu’il reproduit à l’infini aux coulures savamment maitrisées, c’est l’énergie de la rue et son effervescence compactée qui s’imprime dans nos rétines.

Une particularité, un tableau en noir et blanc, plutôt singulier dans le flood de couleurs qui nous assaillent au fur et à mesure où l’on passe de salles en salles, comme si l’artiste avait regroupé dans cette œuvre toutes les pensées sombres qui traversent son esprit.
Il y a tracé sa signature, en couches plus ou moins épaisses, presque de manière compulsive.

Disposé entre les œuvres de JonOne, les photographies de Maï Lucas apaisent et provoquent presque une autre forme d’évasion pour celui qui un jour a su se perdre dans les rues de New York.
Les admirer, c’est presque comme snifer sa dose quotidienne de vie new-yorkaise et pour ma part cela me rappelle la sensation que j’avais eue lors de mon 1er séjour dans cette ville.
C’était un peu comme si je rentrais à la maison…

Au final, un équilibre s’opére entre l’energie qui s’extrait des toiles du peintre et la douceur et l’humanisme des photos de Maï Lucas.
Il sont en totale symbiose.

16052015-DSC00090

16052015-DSC00069

16052015-DSC00043

D’origine dominicaine, né à New York, JonOne est un enfant d’Harlem.
A l’âge de 17 ans, il fait ses classes de graffeur en bombant les rames du métro et les murs de son quartier sous le pseudo de Jon156 et c’est en imposant son style qu’il est devenu JonOne, le King d’Harlem.
Autodidacte, il passe des murs à la toile quasiment en arrivant à Paris en 1987.
Se décrivant lui-même comme un peintre graffiti expressionniste abstrait, il s’installe à l’Hôpital Ephémère à son arrivée en France, véritable ruche de créateurs, et y peint de nombreuses toiles.
Il commence à exposer son travail en solo dès le début des années 90 grace notamment à sa rencontre avec la famille Speerstra et Agnès B.

Né à Paris dans un environnement artistique et culturel branché où elle cotoyait Jean Paul Gautier et Jean Baptiste Mondino, Maï Lucas s’oriente initialement vers la photographie de mode.
Fasciné par la culture Hip Hop américaine, elle réalise plusieurs allers -retours entre Paris et New York pour capter et saisir l’essence de quartiers new yorkaises marginalisés comme Harlem ou le Bronx.
A chaque nouveau voyage, elle lie connaissance, s’intégre et réalise une série de portrait avec notamment ‘Tatoo 125 St’ en 2005 ou ‘Brooklyn 2012‘.

«Les couleurs, les couleurs et plus de couleurs. Le mois de mai représente la fin de l’hiver et l’explosion du printemps. Mon travail sera un bouquet de fleurs dans ce magnifique château.»
JonOne

A découvrir jusqu’au 23 Août 2015 à l’Institut Culturel Magrez.
Une soirée inaugurale est également prévue le Mercredi 20 Mai à l’Institut avec la présence de JonOne et Maï Lucas qui reviendront sur leurs parcours artistiques de New York à Paris pour l’un, de Paris à New York pour l’autre, de la rue à l’atelier.

16052015-DSC00100

16052015-DSC00094

16052015-DSC00085

Publié par

Isa

Blog LifeStyle & Photographie ...Street Art, voyage,culture et Bordeaux en toile de fond.

13 réponses sur « JonOne, King of Harlem featuring Maï Lucas »

  1. je connais davantage Maï Lucas que JonOne, mais plus pour ses photos de mode… du coup je redécouvre les deux avec toi et cela me donne envie de passer plus de temps sur leurs oeuvres, merci 🙂

  2. J’aime beaucoup l’art moderne présenté dans des lieux classiques, je trouve que ça le sublime.
    Que de belles découvertes en ce moment sur ton blog

  3. J’ai vu cette exposition dans le cadre de la nuit des Musées samedi soir, le cadre est grandiose, tableaux de JonOne et photographies de Maï Lucas particuliérement bien mis en valeur, j’ai aussi beaucoup aimé !

  4. C’est une exposition remarqualble surtout dans ce cadre !! quelle contraste –
    Pour les 3 villes c’est un bon choix – je devrais passer d ici fin d’année des photos sur Bruxelles – en ce moment je m’attache plus à la hollande , les gens , la nature locale !
    Bonne semaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s