Les singes sacrés de Monkey Forest Temple

Monkey ForestTemple

Comme beaucoup d’enfants, largement influencée par des heures et des heures de visionnage de Daktari, j’ai eu envie très tôt de devenir vétérinaire (ce que je ne suis absolument pas aujourd’hui …, bien évidemment ^^)).
Mais, honnêtement, qui n’a pas eu un petit faible pour Clarence, le lion atteint de strabisme ??

Depuis, mon envie d’aller titiller la faune animale n’a pas faibli, exceptions faites des macaques avec lesquels je ne me suis jamais bien entendue …
Notre première rencontre remonte à mon premier séjour en Inde, dans l’état d’Orissa.
Au petit matin, installée à l’ombre d’un temple, l’insistance facétieuse d’un de ces petits malins à vouloir fouiller mon sac, sans daigner écouter mes protestations, avait dégénérer en explications plus qu’houleuses.

Du coup, lors de mon séjour à Ubud à Bali l’été dernier, j’avais d’emblée décrété que je n’irais pas au Monkey Forest Temple qui a la particularité d’être peuplé par près de 3000 macaques …
Hors de questions que j’aille côtoyer ces farceurs avec lesquels j’ai un passif plutôt lourd.
Mais assez rapidement, on se rend compte que le lieu est incontournable et puis difficile de passer, ici à Ubud, avec un enfant en zappant la visite d’un tel lieu.
Du coup, 2 jours après notre arrivée, de bon matin pour éviter la foule des touristes, nous avons passé l’entrée principale de l’antre royale des singes sacrés de Monkey Forest Temple.

Dès les premiers pas, les singes accueillent le promeneur de façon plus ou moins agréable et il faut bien le dire avec un certain dédain.
En fait, très tôt, ils repèrent le touriste qui aura eu l’imprudence de se présenter avec de la nourriture ou d’en acheter aux cahutes de l’entrée.
L’imprudent se verra harcelé et le prudent, comme moi, passera incognito.

Une fois habitué aux vas et vient des locataires de lieux, on peut découvrir l’immense forêt où se niche un somptueux temple digne des aventures d’Indiana Jones.
L’avantage de s’y balader tôt est d’assister à la préparation des paniers à offrandes par les belles indonésiennes.

Les gardiens du parc, plus ou moins endormis, taquinent les singes, un vieux mâle vient s’installer sur l’épaule de l’un deux, l’atmosphère plutôt calme berce le peu de visiteurs présents jusqu’au moment où un petit macaque s’accroche à la jambe d’un touriste espagnol pour lui dérober un paquet de cigarettes, les gardiens se ruent, les macaques détalent dans une nuée de cris, les balinaises rient…

Finalement, pas de quoi en ressortir traumatiser, peut être que la prochaine fois, je me laisserais aller à fraterniser avec ces petits singes…

Monkey ForestTemple

Monkey ForestTemple

Monkey ForestTemple

Monkey ForestTemple

Monkey ForestTemple

Monkey ForestTemple

Monkey ForestTemple