Les combattants de Thomas Cailley

LES+COMBATTANTS+PHOTO1

Au cours d’un été, Arnaud, jeune adolescent tiraillé entre travailler dans l’entreprise de son père décédé et l’envie de s’émanciper, rencontre Madeleine, lors d’une séance de recrutement de l’armée de terre.

A l’opposé d’Arnaud, elle sait très bien quelle voie suivre : s’engager et se préparer à affronter le pire, car la fin du monde est proche.
Elle ne redoute ni la crise, ni le chômage, elle veut juste être prête quand la fin arrivera.
Les deux ont pour dénominateur commun d’être membre d’une génération sacrifiée, la première à être pleinement imprégnée du désastre annoncé.

Madeleine décide donc de s’inscrire à un stage de commando proposé par l’armée de terre.
Arnaud la suivra.

La ligne directrice qui rythmera l’histoire est l’opposition entre Madeleine et Arnaud, entre une jeune fille forte psychiquement et un jeune homme un peu trop tendre, opposition qui s’inversera au milieu du film et du chaos pour aboutir à une jolie histoire d’amour ( mais pas que ) très loin des sempiternelles comédies romantiques.

Au fur et à mesure que défilent les lieux de l’action, les caractères changent et la dualité du couple prendra une tournure différente.
À la méfiance que Madeleine ressent d’abord pour Arnaud succèdera une acceptation plus élargie, à partir du moment où elle comprendra qu’elle peut aussi apprendre de lui.

Adèle Haenel, dans le rôle de Madeleine, porte littéralement le rôle par sa présence tour à tour forte et presque animale ou totalement solaire et volatile.

Face à elle, Kevin Azais , tout en douceur et nuance, impose également son personnage.

Encensé à la Quinzaine des réalisateurs lors du dernier festival de CannesLes Combattants est un film qui m’a touché car il dresse un portrait sensible et juste de deux jeunes gens, pas vraiment paumés, mais à la recherche de combats à mener et au-delà d’une existence à façonner et construire.

Synopsis

Pitch : Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille… 
Tranquille jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. 
Il ne s’attend à rien, elle se prépare au pire. 
Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé ? 
C’est une histoire d’amour.
Ou une histoire de survie.
Ou les deux.