Carnet du Pérou de Fabcaro


Du Pérou, j’en garde surtout le souvenir coloré de Cuzco, capitale inca où il règne une douce ambiance, un peu déconnecté du reste du monde.
J’ai eu la chance d’y séjourner 2 fois et l’envie de renouer avec cette ville et ses habitants est toujours là.
C’est pour cela que lorsqu’il a fallu effectuer un choix pour l’opération La BD fait son festival organisé par Price Minister-Rakuten, j’ai choisi Carnet du Pérou de Fabcaro.

A la première lecture, je suis ressortie assez sceptique car finalement on comprend que l’auteur n’est jamais allé dans ce pays.
Point de carnet de voyage, ou du moins rien à voir avec les miens, juste une blague poussée assez loin dans l’absurdité.


Du coup, je me suis sentie un peu trompée sur la marchandise mais je mets cela sur le fait que lors de mon choix, j’ai basé mon choix juste sur la couverture et le titre sans aller plus loin.

 Dès les premières pages, j’ai été un peu déstabilisée par le mélange entre le quotidien du dessinateur et les plaquettes décrivant son voyage.

Puis en lisant le passage où il dessine des ouvriers mexicains et l’avoue ensuite, j’ai commencé à avoir des doutes …
Au final, on comprend que tout l’album est un gag éventé assez rapidement et que l’auteur enchaine les passages obligés du carnet de voyage avec ses principales caractéristiques : poésie de textes et des illustrations, l’aspect contemplatif et bien évidemment le côté sociologique.


Alors que dois-je en penser, m’avouer amusée ou vexée d’avoir été ainsi fustigée.
Je ne sais pas comment le prendre mais au final je crois que cela ne me donne pas très envie de poursuivre l’aventure plus loin avec Fabcaro

Et me voilà bien embetée pour mettre une note , chose qu’e je n’aime pas faire.
Réduire tout ce travail à une note , je trouve cela plutôt frustrant d’autant que j’imagine qu’au final c’est la seule chose que regarde le jury..
Je mettrais donc un peu plus de la moyenne pour la qualité des dessins , et également parce que si j’avais été prévénue dès le départ, j’aurais probablement apprécié l’exercice.

Note : 12/20.