The Immigrant de James Gray

The Immigrant James Gray

The Immigrant James Gray

James Gray est l’un de mes cinéastes préférés parmi la jeune génération.
J’ai aimé tous ses films, avec une grosse préférence pour Little Odessa et un petit bémol pour Two Lovers.
C’est donc très enthousiaste que je suis allée voir The Immigrant, juste avec une petite appréhension, celle de retrouver Marion Cotillard, qui est loin d’être ma tasse de thé.

Et, comment dire …
Ce film ne m’a fait ni chaud, ni froid.
Ecrire cela pour certains autres cinéastes pourrait être un compliment mais clairement pour James Gray, ce n’en est pas un.

‘Garde, Vieux Monde, tes fastes d’un autre âge, crie-t-elle

Donne-moi tes pauvres, tes exténués,

Qui en rangs pressés aspirent à vivre libres,

Le rebut de tes rivages surpeuplés,

Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m’apporte
De ma lumière, j’éclaire la porte d’or !’ 


Voici les phrases que chaque immigrant pouvait lire sur la stèle de la Statue de la Liberté en arrivant à New York.
Quel symbole et quelle puissance pour démarrer un film.
Et de ce point de vue, j’ai aimé la scène d’introduction à Ellis Island ou les 2 immigrantes arrivent dans cet immense hall bondé pleines de certitudes et d’espoirs.
Malheureusement, le film traine en longueur et manque de peps, certaines scènes sont complétement inutiles et viennent noyer celles qui le seraient, on observe le personnage principal s’installer dans un New York qu’on devine difficilement et qui ne fait pas rêver.
Quant à l’aspect historique, il s’efface très rapidement.
Résultat, on finit par s’ennuyer.

Mes appréhensions concernant Marion Cotillard se sont révélées presque fondées sachant j’ai trouvé son personnage plutôt agaçant et qu’elle ne pouvait le jouer qu’avec cette petite voix suppliante qui la rend insupportable.
Et du coup, elle est doublement agaçante…

Bien entendu, je reste sous le charme de Joaquin Phoenix , toujours époustouflant et parfait lorsqu’il s’agit de jouer  des rôles d’hommes névrosés , manipulateur et difficile à cerner.
Sans plus. 


The Immigrant James Gray

The Immigrant James Gray

The Immigrant James Gray

Pitch : 1921.
Ewa et sa sœur Magda quittent leur Pologne natale pour la terre promise, New York. Arrivées à Ellis Island, Magda, atteinte de tuberculose, est placée en quarantaine.
Ewa, seule et désemparée, tombe dans les filets de Bruno, un souteneur sans scrupules.
Pour sauver sa sœur, elle est prête à tous les sacrifices et se livre, résignée, à la prostitution.
L’arrivée d’Orlando, illusionniste et cousin de Bruno, lui redonne confiance et l’espoir de jours meilleurs.
Mais c’est sans compter sur la jalousie de Bruno…