Hunger de Steve McQueen

Hunger de Steve McQueen Michael Fassbender

Après Shame et Cartel  , je poursuis dans mon cycle Michael Fassbender avec Hunger de Steve McQueen.  

Hunger, c’est l’histoire vrais de membres de l’IRA,  prêts à tout pour l’indépendance de leur pays, y compris entamer une grève de la faim.

Steve McQueen pose le ton dès le début sur la vie carcérale et surtout la vie carcérale de prisonniers politiques avec des scènes plutôt crues et fortes.
Il ne laisse aucune place au hasard.
Le moindre geste et le moindre son est mis en valeur est mis en évidence et c’est efficace.

Le film retrace plus particuliérement les derniers mois en prison de Bobby Sands, un républicain indépendantiste qui mène la fronde des incarcérés.
Se voyant refuser le statut de prisonniers politiques, les nationalistes irlandais font la grève de l’hygiène et des couvertures.
Ils refusent de se laver et de porter d’autres vêtements que les leurs.
La première partie du film s’achève sur un long dialogue entre un prêtre et Bobby Sands, qui annonce sa volonté d’entamer une grève de la faim, suivie ensuite par les autres prisonniers.
Débute alors la période de privation.
Michael Fassbender , à l’instar de son rôle dans Shame, exécute une véritable performance : son corps fond à vue d’œil, jusqu’à devenir cadavérique.

Le cinéma de Steve McQueen est un cinéma cru, sans concession.
Il ne suggère pas, il montre, et laisse le temps agir devant sa caméra.
Il expose l’horreur avec naturalisme et proximité : plans souvent serrés, parfois très longs, composition travaillée, photo réaliste, musique presque absente (sauf quelques notes lancinantes).
Il nous dévoile ces corps et cette douleur brut.
Steve Mc Queen démontre sa maîtrise absolue.

Il manie notamment la focale avec brio, comme pour mieux formuler le trouble et l’intimité.
Usant de son talent, il semble vouloir non pas réhabiliter ces hommes, mais leur rendre un vibrant hommage, d’autant plus fort qu’il est brutal et véritable.


Hunger de Steve McQueen Michael Fassbender

Hunger de Steve McQueen Michael Fassbender


Pitch : Prison de Maze, Irlande du Nord, 1981.
Raymond Lohan est surveillant, affecté au sinistre Quartier H, celui des prisonniers politiques de l’IRA qui ont entamé le « Blanket and No-Wash Protest » pour témoigner leur colère.
Le jeune Davey Gillen, qui vient d’être incarcéré, refuse de porter l’uniforme car il ne se considère pas comme un criminel de droit commun.
Rejoignant le mouvement du Blanket Protest, il partage une cellule répugnante avec Gerry Campbell, autre détenu politique, qui lui montre comment communiquer avec l’extérieur grâce au leader Bobby Sands.
Lorsque la direction de la prison propose aux détenus des vêtements civils, une émeute éclate. La violence fait tache d’huile et plus aucun gardien de prison n’est désormais en sécurité. Raymond Lohan est abattu d’une balle dans la tête.
Bobby Sands s’entretient alors avec le père Dominic Moran.
Il lui annonce qu’il s’apprête à entamer une nouvelle grève de la faim afin d’obtenir un statut à part pour les prisonniers politiques de l’IRA.