No de Pablo Larrain

Parce qu’il a commis le crime de prendre trop à coeur son rôle de dictateur, le général Augusto Pinochet, président depuis 15 ans du Chili, a été sommé en 1988 par la communauté internationale d’organiser un référendum pour que son peuple s’exprime sur l’opportunité ou pas de le maintenir à son poste.

Les partisans du non se voient accorder le droit de diffuser à la télé un spot de 15 minutes pour défendre leur point de vue.
C’est là qu’intervient René Saavedra. Ce dernier est un ex exilé revenu au pays pour bosser dans une agence de pub dont il est un des meilleurs créatifs.

Nous découvrirons de l’intérieur comment une équipe avec des moyens riquiqui a réussi à monter la campagne du No.

Abandonnant l’idée de faire une campagne à charge contre Pinochet, ce publicitaire utilisera les techniques modernes de la publicité avec slogans, jingle et logo pour construire une campagne efficace …
Le titre fait bien sur référence au slogan de la campagne du ‘No’ qu’on ne peut s’empêcher de fredonner une fois le film terminé…
J’ai trouvé ce film agréable et plutôt léger.
J’ai aimé regarder ce publicitaire se débattre pour construire et vendre sa campagne, un peu embarqué malgré lui dans l’histoire avec un grand H.
Ce film vient en outre rappeler le poids des images et l’outil de propagande considérable que peuvent représenter les campagnes de publicité.
A l’heure ou la communication est souvent accusée de vider de son sens le discours politique, on se dit  que le marketing politique peut aussi être utilisé à des fins louables …
Reste qu’à mon goût, le récit et les images ne témoignent pas suffisamment de ce qu’a été le régime Pinochet et du poids qu’il a laissé dans ce pays.
Pour y avoir séjourné quelques jours, il y a une dizaine d’année, prés de 10 ans après sa destitution, j’y ai senti un pays encore tourmenté et régi par des années de dictature militaire. 


PitchChili, 1988. 
Lorsque le dictateur chilien Augusto Pinochet, face à la pression internationale, consent à organiser un référendum sur sa présidence, les dirigeants de l’opposition persuadent un jeune et brillant publicitaire, René Saavedra, de concevoir leur campagne. 
Avec peu de moyens, mais des méthodes innovantes, Saavedra et son équipe construisent un plan audacieux pour libérer le pays de l’oppression, malgré la surveillance constante des hommes de Pinochet.

Publié par

Isa

Blog LifeStyle & Photographie ...Street Art, voyage,culture et Bordeaux en toile de fond.

22 réponses sur « No de Pablo Larrain »

  1. Intéressant de voir comment cette campagne a pu faire chanceler une dictature fermement ancrée…qui a laissé son empreinte des années après son départ. Oui la communication peut avoir des fins louables mais elle est si souvent de l'intox…pas facile de s'y retrouver ! Bonne journée bises

  2. Quand j'ai vu la bande annonce j'ai eu vraiment envie de le voir… Mais tu partages la critique de France Inter du coup j'hésite vraiment parce que j'aurais vraiment aimé un film sur l'influence de Pinochet !
    Je pense que je vais finalement me laissé tenter prochainement 🙂

  3. Cela doit assez intéressant a voir, vu d'un coté peu connu en plus du grand public, cela ne peut qu'être très instructif, bon ok la je parle pour moi qui suis curieux de tout et qui suis fan de tout cela, merci pour la découverte, pourquoi pas pour moi, amitiés.

  4. J'ai entendu du pour et du contre, et ne suis pas encore allée le voir alors qu'il était au top de ma To DO. Encore ce soir, je vais voir autre chose ( Camille Claudel), pour GGB … ❤

  5. Je crois que justement le but du film n'était pas de discuter du régime Pinochet mais de montrer la construction de la campagne du No en utilisant les techniques publicitaires et non les thèses idéologiques.
    Je l'avais beaucoup aimé pour cette raison justement; ce n'était pas un film de plus sur Pinochet, mais un film différent sur la fin du régime.

  6. Justement je crois que le parti pris du film n'était pas de décrire le régime de Pinochet mais de montrer la construction de la campgne du No, qui est plus une campagne publicitaire qu'idéologique.
    C'est ce que j'avais aimé dans ce film, ce n'est pas un film de plus sur le Chili sous Pinochet, mais sur la fin du régime,

  7. Un film latino-américain léger, ça vaut le coup de le signaler ! d'habitude c'est plutôt un cinéma noir, réalistes jusqu'au pessimisme !
    Je pensais aller voir ce film, là je suis plus que convaincue !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s