No de Pablo Larrain

Parce qu’il a commis le crime de prendre trop à coeur son rôle de dictateur, le général Augusto Pinochet, président depuis 15 ans du Chili, a été sommé en 1988 par la communauté internationale d’organiser un référendum pour que son peuple s’exprime sur l’opportunité ou pas de le maintenir à son poste.

Les partisans du non se voient accorder le droit de diffuser à la télé un spot de 15 minutes pour défendre leur point de vue.
C’est là qu’intervient René Saavedra. Ce dernier est un ex exilé revenu au pays pour bosser dans une agence de pub dont il est un des meilleurs créatifs.

Nous découvrirons de l’intérieur comment une équipe avec des moyens riquiqui a réussi à monter la campagne du No.

Abandonnant l’idée de faire une campagne à charge contre Pinochet, ce publicitaire utilisera les techniques modernes de la publicité avec slogans, jingle et logo pour construire une campagne efficace …
Le titre fait bien sur référence au slogan de la campagne du ‘No’ qu’on ne peut s’empêcher de fredonner une fois le film terminé…
J’ai trouvé ce film agréable et plutôt léger.
J’ai aimé regarder ce publicitaire se débattre pour construire et vendre sa campagne, un peu embarqué malgré lui dans l’histoire avec un grand H.
Ce film vient en outre rappeler le poids des images et l’outil de propagande considérable que peuvent représenter les campagnes de publicité.
A l’heure ou la communication est souvent accusée de vider de son sens le discours politique, on se dit  que le marketing politique peut aussi être utilisé à des fins louables …
Reste qu’à mon goût, le récit et les images ne témoignent pas suffisamment de ce qu’a été le régime Pinochet et du poids qu’il a laissé dans ce pays.
Pour y avoir séjourné quelques jours, il y a une dizaine d’année, prés de 10 ans après sa destitution, j’y ai senti un pays encore tourmenté et régi par des années de dictature militaire. 


PitchChili, 1988. 
Lorsque le dictateur chilien Augusto Pinochet, face à la pression internationale, consent à organiser un référendum sur sa présidence, les dirigeants de l’opposition persuadent un jeune et brillant publicitaire, René Saavedra, de concevoir leur campagne. 
Avec peu de moyens, mais des méthodes innovantes, Saavedra et son équipe construisent un plan audacieux pour libérer le pays de l’oppression, malgré la surveillance constante des hommes de Pinochet.