Argo de et avec Ben Affleck

On s’est longtemps moqué de Ben Affleck  ‘acteur’ à cause de quelques choix de carrière un peu délicats, comme Daredevil pour n’en citer qu’un.
 Mais force est de constater que le comédien peut être très bon … quand il se met en scène lui-même et qu’il est encore meilleur réalisateur.

Sa facette de réalisateur est en effet bien éloignée de sa carrière d’acteur de blockbusters.
 Son précédent film, The Town, est un polar musclé et un petit bijou de maitrise et d’efficacité.
Et son premier film Gone baby Gone , ou il met en scène son petit frère Casey Affleck, n’échappe pas à l’exception..
Et puis ne l’oublions pas, il est le scénariste de Will Hunting pour lequel il a obtenu un Golden Globe et un Oscar  avec son confrère et pote Matt Damon


Voir Affleck s’intéresser à l’histoire du Subterfuge Canadien avait donc tout pour plaire, d’autant qu’ il prouve une fois de plus qu’ il a tout d’un grand metteur en scène.
Ben Affleck est un réalisateur méticuleux.
The Town le soulignait déjà mais Argo va plus loin.

Le réalisateur a en effet reconstitué avec brio de véritables scènes historiques et de nombreux éléments télévisuels pour son histoire, dont la première partie rappelle fortement Les Hommes du Président qui a servi de source d’inspiration. 

Le 2e acte, lui, plus orienté vers Hollywood, montre Afflecket ses comparses à l’œuvre pour monter le faux projet, n’hésitant pas à égratigner un peu le système de l’époque au passage et à glisser de nombreux clins d’œils à la science-fiction des 70s.
Argo ne souffre d’aucun temps mort ; c’est bien réalisé, nerveux et  sec.
Chose rare, j’ai trouvé les générique de début de film et fin excellents et ils s’intègrent totalement au film.
A ne pas louper , et on croise les doigts pour les oscars pour l’ami Ben.. 


Pitch : Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américainsen otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. Sachant qu’ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de « l’exfiltration » de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu’il ne pourrait exister qu’au cinéma.

Réalisateur : Ben Affleck

Casting :
Tony Mendez : Ben Affleck
Lester Siegel : Alan Arkin
John Chambers : John Goodman
Jack O’Donnel : Bryan Cranston