Itinerrances de Ferrante Ferranti

DSC03033

Photographes amateurs ou professionnels,
Globe-trotteurs incorrigibles,
Citadins en manque d’évasion,
C’est à la Base sous-marine de Bordeaux qu’il faut se rendre, pour découvrir l’exposition photographique Itinerrances de Ferrante Ferranti.

Environ 130 oeuvres y sont présentées et leur présentation s’articule autour de trois parties, thèmes chers à l’artiste : ‘Pierres sauvages, Pierres vivantes’ , ‘Rencontres’ et ‘Empreintes du sacré’.

La première raconte la naissance du regard chez un artiste qui se plaît à jouer avec les ombres et les lumières.
La deuxième retrace ses voyages marquants et dépeint la diversité de ce qu’il découvre. De nombreux clichés d’enfants et de paysages sont nés de ces rencontres.
La dernière partie, quant à elle, se focalise sur l’intérêt du photographe pour les chemins de pèlerinage des nouveaux mondes.

Comme pour toute exposition se déroulant dans ces lieux, l’ambiance sombre et mystique de la base sous-marine est un plus pour apprécier les oeuvres exposées , que ce soit les anamorphoses de Georges Rousse, les sculptures sonores de Zimoun ou les photographies de Ferrante Ferranti.
De par son histoire,  l’atmosphère y est très particulière et a le don de donner de la consistance et de la profondeur aux expositions qui s’y déroulent.
Le seul fait de s’y rendre est à chaque fois une expérience,  on se laisse surprendre par l’immensité du béton et l’atmosphère environnante des quais.

A découvrir jusqu’au 13 Décembre à la base sous marine de Bordeaux.

‘La vocation du photographe, selon l’étymologie, c’est d’écrire avec la lumière, écrire la lumière. Architecte de formation, Ferrante Ferranti manie cet art avec passion.
A l’âge de 21 ans, il se rend sur le site archéologique égyptien d’Abou Simbel pour voir le soleil levant éclairer la chambre des dieux du temple, phénomène qui ne se produit que 2 fois par an, lors des équinoxes.
Il réussit à transcrire ce qu’il a vu et a vécu.
C’est l’une de ses premières images, qu’il lit aujourd’hui encore « avec émotion comme la trace de son baptême par la lumière.’
Itinerrances de Ferrante Ferranti et Dominique Fernandez. 

DSC03031

DSC03013

DSC03028

DSC03027

DSC03020

Né le 13 janvier 1960 en Algérie, d’une mère sarde et d’un père sicilien, Ferrante Ferranti prend sa première photographie à l’âge de dix-huit ans, une vague à Belle-Île-en-Mer.
Passionné par le livre de Fernand PouillonLes pierres sauvages, il se lance dans la formation d’architecte à Toulouse, qu’il achève à Paris-UP6 en 1985 avec un diplôme sur Les Théâtres et la scénographie à l’époque baroque.

Photographe voyageur, il est engagé depuis trente ans avec Dominique Fernandez dans une exploration commune du baroque et des différentes strates de civilisations, de la Syrie à la Bolivie en passant par la Sicile et Saint-Pétersbourg.
Ses photographies dialoguent avec les textes de l’écrivain, qui le définit dans l’album Itinerrances (Actes Sud, 2013) comme « l’inventeur d’un langage qui relie le soleil aux ruines, en quête du sens caché sous les formes ».