In the mood for love de Wong Kar Way

À Hong Kong, en 1962, deux couples emménagent le même jour dans une petite pension.
M. Chow et sa voisine de palier Mme Chan découvrent que leurs conjoints respectifs entretiennent une liaison.
Choqués par cette découverte, les époux trompés se rapprochent l’un de l’autre et essayent de comprendre.
Mais au fil de leurs rencontres, M. Chow sent changer ses sentiments envers sa confidente… 
On observe Mr Chow, interprété par Tony Leung, avec classe et sobriété, accompagnant la superbe Mrs Chan, joué par Maggie Cheungdans la danse mélancolique d’un amour pervers.

Ce pitch de départ aurait pu paraître classique, voir usagé, c’est sans compter sur les immenses qualités d’esthètes du réalisateur et l’angle par lequel celui-ci développe et déroule l’histoire.
Chaque image est d’une beauté à couper le souffle, d’une composition, cadrage, et mise en place de la couleur rare, un plaisir de chaque seconde.
Chaque costume est réfléchi, pensé.
Chaque regard est pesé, calculé, dirigé.
Chaque mouvement est suspendu, décomposé en une multitude de gestes significatifs.

Hier soir, c’était la 3eme fois que je visionnais ce film et c’est la 1ère fois que je n’en ressors pas frustrée par la durée et la rapidité des plans qui ne permettent pas toujours de saisir toute la profondeur et la complexité de ce film.

Tony Leung Chiu Wai, acteur chinois et favori de Wong Kar-Wai et d’autres cinéastes tels que John Woo ou Ang Lee, incarne un M. Chow à la fois dévoré par sa passion pour Mme Chan mais également tourmenté qu’elle ne le lui rende jamais.

Maggie Cheung, femme exquise et d’exception, se présente comme une femme forte malgré les apparences, une femme qui restera fidèle à son mari infidèle malgré les sentiments qu’elle porte pour son amour d’un temps.
L’actrice, né à Hong Kong et élevé en Grande Bretagne, a mené une carrière plus internationale en jouant notamment dans Irma Vep d’Olivier Assayas.
Pendant de nombreuses années, elle fut l’actrice fétiche du réalisateur avant de se brouiller définitivement  avec lui sur le tournage de 2046.

Quand à Wong Kar-Wai, réalisateur adulé pour ses mises en scènes soignées, ses images d’une beauté visuelle hors norme, généralement bercés d’une musique hypnotique, il a produit quantité d’œuvres d’art comme Fallen Angels, 2046 , My Blueberry nights ou Happy Together mais également quelques films à éviter comme As Tears go by , petit film de mafia,  ou Ashes of Time, film de combat de sabre totalement soporifique.

Pitch : Hong Kong, 1962. 
M. et Mme Chow emménagent dans leur nouvel appartement le même jour que leurs voisins, M. et Mme Chan.
Sans comprendre comment cela a commencé, Chow Mo-wan et Chan Li-zhen apprennent que leurs époux respectifs ont une liaison.
Cette découverte les choque mais les rapproche.
Ils se voient de plus en plus souvent mais le voisinage commence à s’en apercevoir.
Il semble n’y avoir aucune possibilité pour eux de vivre une relation amoureuse.
Mais la retenue, les réserves émotionnelles de Mme Chan hantent M. Chow, qui sent ses sentiments changer.

Durée : 1h 38
Réalisateur : Wong Kar-Wai
Acteur : Tony Leung Chiu Wai , Maggie Cheung.
Musique : Bryan Ferry , Nat King Cole , Michael Gallato

On connait un homme à ce qu’il essaie de taire.
Oliver Herford